0
Nuage port marianne Montpellier © editions Chabot

Montpellier, capitale du design

Depuis longtemps, Montpellier s'imagine en capitale de l'architecture et du design. Déjà, dès 1977, l'architecte espagnol Ricardo Bofill se voyait confier la réalisation titanesque d'Antigone.

Inspiré par l'univers de la Grèce antique, inauguré par François Mitterrand en personne, le quartier reste près de quarante ans après le symbole d'une architecture urbaine réussie.

Et le top départ d'une histoire d'amour entre la capitale héraultaise, l'architecture et le design.

EN résumé

  • mairie
  • Zaha Hadid
  • Pierresvives
  • nuage
  • rbc
  • Christian Lacroix
  • design
  • Philippe Starck
  • Port marianne
  • François Fontès
  • Jean Nouvel
  • Fuksas

Notre visite du « Montpellier design » débute « by night ».

Dès la tombée de la nuit, Port-Marianne s'illumine. A quelques kilomètres de la mer, ce quartier est devenu l'ambassadeur architectural de la capitale héraultaise.
Levez les yeux. Des deux côtés de l'avenue Raymond-Dugrand, du nom de l'un des bâtisseurs de la ville, de splendides bâtiments sont sortis de terre. La plupart sont signés par de grandes signatures du design.

D'abord, l'hôtel de ville. Le vaisseau bleuté a séduit les journalistes du New York Times, qui l'ont placé en 2012 parmi les 45 belles choses à voir dans le monde...
Imaginée par François Fontès et Jean Nouvel, la mairie surplombe le quartier, en bordure du Lez.

Chaque soir, quand le soleil se couche, le spectacle est éblouissant : les derniers rayons du soleil se reflètent sur le bâtiment, et font resplendir le travail architectural du duo.

Nous passons de l'autre côté du bassin Jacques-Coeur.

Un drôle de bâtiment, qui change de couleur, trône à quelques mètres du miroir d'eau : le Nuage.
Imaginé par l'artiste français Philippe Starck, le bâtiment abrite un restaurant et une salle de remise en forme. C'est l'une des premières constructions gonflable en Europe.
Autour de la structure en béton, une membrane en forme de bulle est gonflée d'air pulsé à 700 bars.

« Une feuille d’éthylène d’un dixième de millimètre d’épaisseur tendue par ce qui fait le souffle même de la vie : le vent, l’air, dira Philippe Starck.
Le Nuage doit faire partie des précurseurs en la matière.
Cela a d’ailleurs été extraordinairement compliqué à mettre en œuvre à cause de la technique.
Il est totalement transparent ou plutôt translucide. Les automobilistes passant sur ce grand axe verront les gens s’agiter, avec des couleurs... »


Enjambons le miroir d'eau et ses jets d'eaux multicolores.

   

Le Nuage fait face au RBC Design Center, incroyable boutique de design et de mobilier contemporain.

Son intérieur, métallique et aérien, est aussi étonnant que son enveloppe, faite de grosses lettres, dessinées par Jean Nouvel, qui impose sa patte sur Port-Marianne.

  

  

A quelques centaines de mètres de là, de l'autre côté du parc Charpak, les délires géométriques de Massimiliano Fuksas subliment le lycée Georges-Frêche.

Les courbes fluides et élégantes de l'établissement, recouvertes de milliers de petits triangles, en font une œuvre résolument singulière.

RBCPortMarianne

Pierresvives Montpellier  © Editions Chabot

En se baladant dans les rues, on repère d'étonnantes œuvres, qui témoignent d'un passé architectural riche.

Le soleil s'est levé à Montpellier


Dans le quartier Hôpitaux-Facultés, tous les Montpelliérains le connaissent : on l'appelle le plus souvent le rond-point du donut et de la saucisse, mais il n'a pas vraiment de nom.
Ou plutôt si : « Hommage à Confucius ». C'est Alain Jacquet, son créateur, qui l'a appelé ainsi, au début des années 2000. Cette construction artistique, près de la faculté de sciences, sert de point de rendez-vous aux étudiants.

« On n'a jamais trop compris ce que ça représentait, mais ce qui est sûr, c'est ce que c'est incontournable dans le paysage ! », explique Doria, une étudiante.
« Sans lui, on est perdu ! », plaisante à ses côtés Pierre, en retard à son cours.

Un peu plus au Nord, un autre drôle de rond-point, imaginé par l'artiste chinois Chen Zhen, donne à voir deux immenses paraboles, surmontées de soixante-dix chaises : « La constellation humaine » est la porte du quartier de la Paillade.

C'est également dans ce quartier montpelliérain qu'un gigantesque vaisseau de béton s'est posé en 2012 : PierresVives, qui abrite les archives départementales de l'Hérault et une médiathèque.
« La composition de Pierresvives est absolument unique, confiera Zaha Hadid, l'architecte irako-britannique qui a imaginé le bâtiment. Il s’inscrit dans la longue tradition française architecturale. »
Un fantastique bâtiment, aux allures majestueuses, qui vaut qu'on y jette un regard.

Mais il serait fou d'évoquer la beauté du design de Montpellier sans se pencher sur celui qui serpente dans le centre-ville et dans la métropole depuis quinze ans : le tramway.
Souvent présenté comme « le plus beau du monde », le tramway montpelliérain s'est inspiré de grandes signatures, dont le couturier Christian Lacroix.

Un petit bout de design qui court par monts et par vaux.
Et un mille-pattes coloré qui inspire les plus grandes capitales du monde entier.

Nos meilleures offres