0
ZAT Paillade Mosson 2013 © ZAT Paillade Mosson 2013 - Marko93

Montpellier : La culture au coin de la rue

Montpellier est un véritable musée grandeur nature. Entre classique et modernité, la culture est partout, tout le temps.

en résumé

  • artistes de rue
  • danseurs de hip-hop
  • musique
  • spectacles vivants
  • expositions
  • ateliers d'artistes
artiste de rue Montpellier © Editions Chabot

Dans la rue d'abord


Ce jour-là, ils sont plusieurs dizaines de badauds à se gratter frénétiquement la tête : « Comment il fait le monsieur pour tenir en l'air ? », demande une petite fille à sa maman, qui semble tout aussi étonnée qu'elle. « C'est de la magie ! », finit-elle par reconnaître.

Magie, musique, danse, théâtre... A Montpellier, les artistes de rue font partie du paysage.

On passe devant, on s'y arrête, on sourit, on oublie où l'on est, et où l'on va, l'histoire de quelques minutes. Puis l'on repart.

Une sorte de parenthèse culturelle. « Allez, on frappe dans les mains, messieurs dames, et on se rapproche, on ne mort pas ! », s'exclament ces danseurs de hip-hop, dont les pas enflamment la place de la Comédie.

« C'est ça aussi, Montpellier, se réjouit un visiteur, qui montre du doigt une statue humaine. A chaque fois, on tombe sur des choses différentes, et souvent, ils ont beaucoup de talent ! »

Ailleurs, c'est un tout autre spectacle qui attire les curieux : un peintre a installé ses œuvres faites à la bombe dans la rue de la loge.

Un peu plus loin, c'est avec son accordéon qu'un petit homme tente d'attirer les regards de la foule. Là, une jeune fille avec une guitare charme les passants avec des reprises de standards de la musique folk.

Une scène de vie comme les autres, dans le centre-ville de Montpellier.

Les Zat, les Zones Artistiques Temporaires, célèbrent depuis plusieurs années cet amour de l'art de rue : à chaque fois dans un quartier différent, des artistes descendent au pied des immeubles pour être au plus proche des habitants.

A Montpellier, la musique est partout, tout le temps

De nombreux bars et boîtes à musique du centre-ville (le Rockstore, le Black Sheep, la Petite Scène, le Black Out, la Pleine Lune, l'Inglorious, l'Irish Tavern, le Bric à Brac...) et des villages aux alentours (la Secret Place, Victoire 2...) vont de leurs petits et grands concerts, sur un coin de table, ou sur de grandes scènes.

Certains font et ont fait émerger des talents reconnus aujourd'hui en dehors des frontières du Clapas : les indétrônables Regg'Lyss, Rhinocérose, Yoann Fréget, Panzer Flower ou Émilie Simon sont quelques-uns des enfants de Montpellier.

La musique résonne dans les festivals aussi.

Plusieurs milliers de fêtards et de mélomanes prennent chaque année la direction de la côte héraultaise pour assister à Fiest'à Sète, aux Internationales de la Guitare, au Festival de Radio France Montpellier Languedoc-Roussillon, au Festival de Thau, ou à Quand je pense à Fernande. Enfin, avec le Zénith-Sud et la Park & Suites Arena, Montpellier attire les plus grands. Beyoncé, Rihanna, Britney Spears, Scorpions, Bruce Springsteen, Mylène Farmer ou David Guetta sont venus se faire applaudir dans la capitale héraultaise.

A Montpellier, les spectacles vivants sont eux aussi partout, tout le temps.

Le théâtre d'abord. Se glisser sur le siège d'un petit café-théâtre est un véritable petit bonheur dont il serait fou de se passer.

Au Point Com, au Kawa Théâtre, à la Chocolaterie ou à la Comédie du Mas du Pont (au Crès), on découvre de petites pépites d'humour, du stand-up ou de la comédie de boulevard.

D'autres scènes, comme le Théâtre de la Plume, le Théâtre Gérard-Philippe, la Vista ou Jean-Vilar perpétuent la tradition des scènes de quartiers, tout en innovant avec des formes théâtrales souvent étonnantes.

La danse, ensuite. Montpellier n'a pas à rougir de son statut de capitale internationale de la danse.

A travers le festival et la programmation annuelle de Montpellier Danse, et l'accueil depuis plusieurs années du Battle of the year, qui sacre les meilleurs danseurs de hip-hop du monde, la capitale héraultaise fait rayonner ses pas à travers le monde.

Claude Viallat © Editions Chabot

Le peintre Claude Viallat

A Montpellier, l'art aussi est partout


Les lieux d'exposition ne manquent pas, et il y en a pour tous les goûts.

Le Musée Fabre, l'un des musées français les plus visités, a fait la renommée de Montpellier dans le monde, à travers des rétrospectives et des sagas picturales prestigieuses ou étonnantes : Caravage (en 2012), Signac (en 2013), Viallat (en 2014) ou la peinture napolitaine, en 2015, ont attiré foules de curieux et d'amoureux dans les couloirs du bâtiment.

Et dans ses collections permanentes, une formidable traversée de l'histoire de l'art sur cinq siècles attend le visiteur, à travers des œuvres majestueuses, de David à Pierres Soulages.

« Je suis réellement né à la peinture avec des musées comme celui de Montpellier », dira l'artiste aveyronnais, lors de la réouverture du musée Fabre, en 2007.

Peut-être qu'il fera naître d'autres espoirs de peinture...
Ou peut-être se tourneront-ils vers l'Espace Saint-Ravy ou le Carré Sainte-Anne, dédié aux cultures émergentes et contemporaines, vers la Panacée, qui ose la création numérique, vers l'espace Dominique-Bagouet, alloué aux artistes et aux fonds régionaux ou vers le Pavillon Populaire, dont l'attachement à la photographie a donné lieu à d'inoubliables expositions...

Comme ce jour de février 2014, où Sir Paul  Mc Cartney en personne avait fait son apparition pour saluer le public montpelliérain, sur le parvis du Pavillon.

L'auteur de « Let it be » était venu en coup de vent à Montpellier pour visiter l'exposition consacrée à des clichés de sa première compagne, Linda Mc Cartney. Et « Paul » leva la main vers le ciel... Comme sur l'affiche.

La ville regorge d'ateliers d'artistes, au détour de ruelles.
C'est dans ces petits terriers que nombre de peintres trouvent leur inspiration. L'événement Ateliers d'artistes, organisé chaque année, permet aux curieux d'y pénétrer, et de découvrir les coulisses des œuvres.
Quelque part près de la gare Saint-Roch, l'atelier d'Hervé Di Rosa est une petite merveille... Tableaux, pinceaux, vieux bouquins, chevalets et pots de peinture s'y entremêlent.

Jean-Paul Bocaj © Editions Chabot

Jean-Paul Bocaj

A LIRE AUSSI