0
Ambiance festive à Montpellier © Ambiance festive à Montpellier - crédit Ray Demski attitude

Montpellier, une ville jeune

Avant gardiste et ouverte, Montpellier est réputée pour être la ville la plus jeune de France : un habitant sur cinq est un étudiant venu des 4 coins du monde. Grâce à cette jeunesse, Montpellier est une ville qui bouge, qui vibre naturellement !

EN RESUME

  • étudiant
  • fête
  • sortie
  • jeune
  • études
  • ambiance
  • effervescence

Ça « braille » dans toutes les langues, dans la cour de la Panacée.

Ce vendredi soir, comme tous les soirs du mercredi au samedi, le centre culturel contemporain ouvre ses portes aux fêtards. Étudiants étrangers, jeunes chefs d'entreprise, jeunes couples et familles s'y retrouvent pour déguster les « patatas bravas » qui font la popularité du lieu depuis plusieurs mois...

« C'est un endroit génial à Montpellier, raconte Sami, qui en a fait son quartier général. L'été, dans la cour, sous les arbres, il y a un climat serein, on a l'impression d'être loin de la foule du centre-ville, alors qu'on est à deux pas... Et l'hiver, on se réchauffe sous la charpente en bois du café... »

Et la Panacée n'est pas une exception : Montpellier regorge de lieux pour faire la fête. Il est vrai qu'avec quelque 70.000 étudiants et un habitant sur deux qui a moins de 30 ans, la capitale héraultaise est une ville résolument jeune.

Et lorsque les bars ferment leurs bancs à 1 h du matin (2 h l'été), la fiesta se poursuit en discothèques. Ni une, ni deux, on saute dans l'Amigo, le bus gratuit qui amène les fêtards sur les dance-floors de la métropole.

Espace Latipolia, avenue Raymond-Dugrand, Lattes, ou centre-ville de Montpellier, les occasions de faire la fête ne manquent pas dans la métropole.

« Montpellier est la ville idéale pour faire la fête, s'exclame Jordan, un étudiant de la faculté de lettres qui ne rate pas un samedi pour sortir. Il y en a pour tous les goûts, pour toutes les bourses et il y a une vraie mentalité de fiesta ! » Le Heat, le Fizz, le Panama Café, l'Opéra, le Milk ou le Cargo font danser des milliers de Montpelliérains chaque week-end.

« C'est l'une des capitales de l'electro, reprend Laurie, amatrice de sons techno. Si vous aimez ça, et que vous aimez quand c'est pointu, il y a des tas d'adresses ou d'événements à connaître. » En décembre, quelque 30.000 fêtards vont goûter aux sons d'I Love Techno Europe, plus gros événement electro indoor d'Europe : « Montpellier est le berceau de la musique électronique, et on ne peut pas imaginer être ailleurs qu'ici », confie Armel Campana, organisateur du festival, qui attire des pointures venues du monde entier.

Sinon, si vous préférez « l'outdoor », Family Piknik est fait pour vous. Installé au cœur de l'été, au parc Montcalm, cette douce folie électro séduit des amateurs de musique électro de toute l'Europe. Sans oublier Tohu Bohu, l'envers électro du festival Radio France, qui fait « jumper » Montpellier chaque année. Alors, vous venez faire la fête à Montpellier ?


Chaque année, Montpellier squatte les toutes premières places du palmarès de « L’Étudiant » des villes universitaires où il fait bon étudier. Avec 70.000 étudiants, des universités fortes et qui rayonnent dans le monde entier et de grandes écoles prestigieuses, la capitale héraultaise est un fantastique écrin pour un cursus post-bac.

Calepin sous le bras, nous sommes allés à la rencontre d'étudiants sur les campus, pour leur demander pourquoi il faisait si bon choisir Montpellier pour ses études. « D'abord, le climat, reconnaît Juliette, qui vient d'entrer en licence de psychologie à l'Université Paul-Valéry. Le soleil, ça a du bon pour motiver les troupes. Potasser les cours à l'ombre des sapins, sur les pelouses de la faculté, ou dans les petits cafés du centre-ville (photo.) c'est quand très agréable. »

Pour Karine, qui débute un master II à la faculté de sciences, les campus sont effectivement « très paisibles ». « Les facultés sont vastes, on n'est pas les uns sur les autres quand on veut bosser, que ce soit à la bibliothèque ou dans les couloirs, note la jeune femme. Et les infrastructures ne manquent pas. »

Même enthousiasme chez Peter. Cet étudiant anglais, qui vient d'arriver à la faculté de lettres, est très étonné de l'ambiance qui règne sur les campus.

« Partout, il se passe quelque chose dans les universités de cette ville : on a des étudiants le nez dans leurs bouquins, d'autres qui grattent leurs guitares, qui chantent, qui dessinent, d'autres qui papotent ou qui engloutissent leurs repas en vitesse... C'est une vraie petite ville à l'intérieur de la ville. »

A Montpellier, on vient aussi faire ses études parce que l'on sait qu'ici, il y a une effervescence comme nulle part ailleurs. Quel que soit son domaine de prédilection, il y a toujours quelque chose qui se trame... « Je suis venu débuter mon cursus d'ingénieur à Montpellier parce que je savais qu'il y a des tas de grandes entreprises, comme Dell ou IBM, et même des tas de start-ups prometteuses, qui sont susceptibles de m'embaucher par la suite », explique Thomas, 19 ans.

Même réflexion pour Julia, qui s'est lancée dans un cursus d'arts du spectacle à la faculté de lettres. « Cela me permet d'avoir une formation plus théorique sur les bancs de l'université, et d'aller me tester sur des petites scènes, confiet-elle. Il y a une vraie effervescence dans le domaine : il y a des tas de petits cafés-théâtres, et de compagnies théâtrales, qui cherchent de jeunes acteurs. »

Pour tout ça, Montpellier séduit chaque année de plus en plus d'étudiants, venus de toute la France, et même du monde entier.

A lire aussi

NOS MEILLEURES OFFRES