10 idées pour faire pétiller le Printemps © OT3M

Une découverte contemporaine de Montpellier

  • .Architecture contemporaine
  • .Design
  • .Antigone
  • .Port Marianne

Je crois que c’est la première chose qui saute aux yeux quand on visite Montpellier : son architecture si singulière. J’ai profité d’une escale de quelques heures en ville pour visiter le Montpellier Contemporain. Ça vous intéresse ? Alors suivez-moi dans cette folle journée !


Départ de la nef blanche

Il est 9h53 sur l’horloge en face de moi quand je pose un pied en dehors du train ce matin. Quel bonheur d’arriver, j’avais tellement hâte ! Je prends l’escalator qui m’emmène dans le hall de la gare et là : surprise ! Je lève les  yeux  et je crois n’avoir jamais rien vu de tel : au-dessus de moi une sorte de grande nef aux parois blanches m’accueille. On se croirait presque dans une église ultra moderne, c’est assez unique comme endroit !

Rendez-vous avec le design

La gare est bondée : vite, je sors à l’extérieur.

 J’ai un rendez-vous à Odysseum en début d’après-midi mais j’ai préféré arriver plus tôt pour prendre le temps de visiter cette ville que je ne connais pas si bien que ça. Je suis venue l’an dernier pour assister au FISE sur les bords du Lez et je n’ai pas résisté à revenir y faire un tour.

Mon programme est assez original je dois l’avouer: je suis venue pour visiter le Montpellier que certains n’ont pas le réflexe d’observer. Moi, ce qui m’intéresse, c’est l’architecture branchée de cette ville qui vit avec son temps.

Me voilà embarquée dans un tramway bleu orné d’hirondelles blanches, je n’ai jamais vu ça ailleurs. On en croise d’autres aux couleurs or, à fleurs vertes et oranges, c’est plutôt original, ça aussi.

  • Le Saviez-vous ?

 Il existe une application mobile pour découvrir tous les monuments contemporains de Montpellier. 24 pistes audios sont consultables sur l'application «Montpellier contemporain», disponible gratuitement  sur iOS et Androïd

Antigone, un décor de cinéma

J’ai posé mon smartphone pour pouvoir profiter un maximum de ce que je vois derrière la vitre du tramway. Quelques arrêts après la gare SNCF en direction d’Odysseum, l’itinéraire de l’étrange chenille dans laquelle je suis assise me permet de découvrir la médiathèque Emile Zola, ultra moderne, toute en verre.

On se croirait dans un quartier d’affaires américain. Le bâtiment qui suit est tout autant moderne : il s’agit de la  piscine Olympique d’Antigone. Entourée par le quartier qui porte le même nom, cette ambiance gréco-romaine a été imaginée par Ricardo Bofill et c’est tout à fait unique. On se croirait au milieu d’un décor de cinéma. Levez-les yeux : des mâts trônent sur le toit de la piscine, ça lui donne un air de paquebot géant !

Je descends du tramway pour observer l’œuvre de Bofill depuis les bords du Lez, quel endroit incroyable !

Au loin l'arbre blanc

De l’autre côté des rives, j’aperçois l’arbre blanc (en construction) : le dernier né de la ville. De tout là-haut, on peut sans doute voir tous les toits de Montpellier. Ce gigantesque immeuble blanc avec ses balcons suspendus dans le vide surpasse la folie de certaines des plus grandes prouesses architecturales de notre siècle.

Je longe les bords du Lez à pied, tout ce qui m’entoure m’apaise. La vie y est si douce.

Port Marianne, le nouveau quartier branché

Je vois enfin la nouvelle mairie au loin qui, aussi imposante soit-elle, n’avait pas attiré mon attention l’an dernier et pourtant comment ne pas la voir ! Cet énorme parallélépipède imaginé par Jean Nouvel est construit de verre et d’aluminium bleu, ça m’en coupe le souffle. Il faut s’y arrêter pour voir tous les détails de plus près !

Je continue ma visite à pied pour pouvoir mieux déambuler dans les rues du nouveau quartier à la mode : j’ai nommé Port Marianne. Ici, il n’y a pas de règles en matière d’architecture : aucun immeuble ne se ressemble. Ils sont modernes, designs, colorés ou à motifs. C’est que je me verrais bien vivre ici moi !

Hotel de ville de Montpellier © Jean Pierre Degas

Hôtel de Ville de Montpellier

Jusqu'au "Nuage"

Je passe par le bassin Jacques Cœur où le calme et la sérénité règnent : quel bonheur de disposer d’un tel environnement en pleine ville ! Sous des conseils avisés, je marche jusqu’au « Nuage » de Philippe Starck. Une véritable œuvre d’art sortie de terre!

Ce n’est pas le nuage blanc comme on se l’imagine car celui-ci est ... gris. Pourtant ici, cette couleur est synonyme de bien-être : il renferme une salle de sport, une piscine ou encore des cabinets médicaux : quel paradoxe !  

Non loin de là, le RBC Design, un bâtiment pensé par Jean Nouvel (qui est surtout à l’origine de la Nouvelle Mairie). Cet endroit est un véritable temple pour les amoureux du design, on y trouve des objets déco d’exceptions et autres futilités contemporaines.

  • A ne pas manquer

Ne manquez pas la Boutique et la Librairie du Design Center, sans oublier le restaurant RBC Kitchen, au cœur de l'écrin architectural signé Jean Nouvel. Ouvert du Lundi au Samedi de 10h à 19h.

RBC Montpellier - 609 Avenue Raymond Dugrand - Quartier port Marianne
34000 Montpellier - (A côté du rond point Ernest Granier)
04 67 024 024 - https://www.rbcmobilier.com/

Miroir d'eau et Folie Divine

Entre ces deux édifices, plusieurs petits jets sortent du sol, il s’agit du Miroir d’Eau.
Comme c’est le cas tout au long de l’année à Montpellier, j’ai le droit à un grand soleil alors pourquoi ne pas poursuivre mon escapade design à pied !

En suivant les rails du tramway direction Odysseum, j’arrive au pied de la Folie Divine. Encore une fois, ma surprise est immense. Cet immeuble est beau, bien pensé, à la pointe du design et de la modernité. J’adore !

Miroir d'eau © Leon Travel and Tourism

Le Miroir d'eau de Montpellier

Le design au cœur de l’éducation

Je termine ma visite … dans un lycée … Oui, oui vous avez bien lu ! Au Lycée Georges Frêche pour être plus précise !

Impossible de rater cette structure construite comme un puzzle avec des triangles en aluminium : quelle idée de génie de la part de Massimiliano Fuksas que de faire entrer des élèves dans un vaisseau futuriste !

Ca prête à rêver ! Je suis allée m’acheter un éclair au chocolat à la pâtisserie d’application de l’école et je ne me suis pas trompée en faisant ce petit détour : premièrement, cet éclair était délicieux mais  j’ai surtout été accueillie par une œuvre d’art plus qu’étonnante : un fouet de cuisine vert géant.

« Emulsion » est signée par la plasticienne française Matali Crasset. Lorsqu’on vous explique que le fouet de cuisine est à la mayonnaise ce que l’apprentissage et le savoir est à l’élève : tout prend son sens, surtout ici !

  • Le bon plan

Le Lycée Georges Frêche dispose d’un restaurant et d’une brasserie d’application, d’un hôtel ainsi que d’une boutique d’application : vous y trouverez des viennoiseries, des pains, des pâtisseries et des plats traiteurs selon les productions des élèves. Ouverte les lundis de 12h15 à 15h00, les mardis, mercredis, jeudis de 10h00 à 15h00, les vendredis de 11h15 à 15h00. Plus d’informations sur le site de l’établissement : http://www.lyceehoteliergeorgesfreche.fr/

Lycée des métiers de la gastronomie, de l'hôtellerie et des tourismes Georges Frêche

401, rue le Titien CS 94010 , 34960 Montpellier Cedex 2, France

04 67 13 05 05  - lyceehotelier.georgesfreche@ac-montpellier.fr

Lycée Freche © OT3M

Lycée Georges Frêche

Finalement, tout est pensé à Montpellier pour que vous ressentiez cette énergie dynamique et moderne, cette innovation et ce besoin de casser les codes.

Son architecture si singulière vous marque, vous fait vous sentir bien et ce que je trouve le plus étonnant dans tout ça, c’est que tous ces splendides édifices qui sortent de terre s’inscrivent peu à peu dans l’histoire et dans l’identité de la ville et chaque endroit est emprunt à de jolies anecdotes...

Le Montpellier d’aujourd’hui et celui de demain est une œuvre d’art contemporaine à lui seul. Je n’ai sans doute pas eu le temps de voir toutes les incroyables créations qui fleurissent la ville mais nul doute : je vous conseille vivement le détour !

Nos meilleures offres

A lire aussi


Suivez-nous